Mahé Cabel alias Rose de Bordel « Les peurs qui nous tiennent captif.ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas. Mahé Cabel alias Rose de Bordel « Les peurs qui nous tiennent captif.ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas.

Rose de Bordel  •  Les peurs qui nous tiennent captif·ves

Inframince  • 
Festival
9 - 12 juin 2022
Arts Mutants
9 - 12 juin 2022
Festival
9 - 12 juin 2022
Arts Mutants
9 - 12 juin 2022
Festival
9 - 12 juin 2022
Arts Mutants
9 - 12 juin 2022
Festival
9 - 12 juin 2022
Arts Mutants
9 - 12 juin 2022

Performance à temps variable, hula hoop en verre et chant. Dispositif pour tenter de trouver un équilibre dans le cercle des peurs qui nous empêchent d’avancer, de l’auto-sabotage, et du ratage à répétition. Jouer avec ses peurs, finir par les dompter et ne pas casser l’équilibre précaire que l’on a avec. Jusqu’à épuisement.
Cette performance traite des peurs qui nous font nous sentir illégitimes jusqu’au point d’attendre la validation d’autrui. Par le chant et le corps, il s’agit de se réapproprier son équilibre physique et son espace proche.

Plasticien·nes performeur·euses non-binaire, Mahé Cabel et Rose de Bordel son alter égo, s’inscrivent dans la recherche d’une production de discours dissidents autour des questions de genres, de désirs, de corps - à travers des gestes hybrides performantiels. Ensemble, iels proposent des fictions réparatrices. Les matériaux de prédilection leur permettant de se faufiler dans les fissures de notre système hétéropatriarkkkpitaliste et de re-panser ces apories devenues espaces de possibles sont le cristal, la porcelaine, la cire, et tout ce qu’il découle des simples et des champignons.

Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
Mahé Cabel alias Rose de Bordel, « Les peurs qui nous tiennent captif·ves ». INACT Festival des Arts Mutants 2021 «‍ Inframince » Photo : Christophe de Barry / Hans Lucas et Patrick Lambin.
INACT entretient les affinités qui rendent ses actions possibles