Conférences – 29/04/2017

Politique / Polémique

17h30 - 19h00 Conférences / entrée libre
@Salle des colonnes – 10 rue du Hohwald, 67000 Strasbourg

Un ping-pong de fictions artistiques, entre occident et Japon

Dans le contexte du 19e siècle au Japon, la peur de la colonisation par les pays occidentaux a produit un traumatisme profond, il a été nécessaire pour les japonais de construire une culture japonaise à la hauteur de l’Occident sur les critères occidentaux. Des formes culturelles hybrides ont été construites (parfois adaptées de formes anciennes), une culture japonaise «  éternelle  » est alors née et a été prolongée jusqu’à aujourd’hui. Ces formes ont eu un impact gigantesque sur l’Occident qui à la fois y a projeté un véritable Japon et aussi plus indirectement une universalisation de ses propres critères.
C’est dans ce contexte qu’est importé le mot ART au Japon, les formes d’ART, les structures produisant les cadres de l’ART, mais quasiment aucune des idées que nous présupposons sur l’ART. Les formes culturelles et artistiques ont navigué entre l’Occident et la Japon, chacun y projetant des intérêts radicalement différents tout en augmentant une fascination réciproque. Des formes sont nées de ce ping-pong d’objectivation de contre-sens en produisant de multiples occurrences que l’on peut qualifier d’heureuses ou d’absurdes.
Frédéric Weigel
———-

Frédéric Weigel

Artiste et organisateur, vit au Japon depuis 2008. Avec son épouse Yoshiko Suto qui est linguiste, ils ont montés de nombreux projets dont un centre d’art indépendant se nommant le «  palais des paris  » ouvert en 2014. Celui-ci accueille des artistes occidentaux en vu de la construction de concepts spécifiques au public japonais.

http://palaisdesparis.org/

Des hommes debout ; entre poésie et politique.

Quelle différence y a-t-il entre l’Homme debout de la place Taksime et Francis Alÿs regardant en l’air sur une place de Mexico ?  Quel monde l’un comme l’autre font-ils exister à côté de celui que nous connaissons, soumis au régime de visibilité, à la pression de la rentabilité et à la suprématie de la rationalité ?
Sophie Lapalu
———-

Sophie Lapalu

Critique d’art et commissaire d’exposition, docteure en esthétique 
et sciences de l’art, Sophie Lapalu enseigne à l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole après avoir été coordinatrice de l’espace d’exposition de l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts Paris-Cergy, YGREC. Ses recherches sur l’action furtive l’ont menée à expérimenter les formats d’exposition (expositions contées, Festival 
de l’Inattention, programmation de récits…). Elle est matelot du Laboratoire 
des Hypothèses, correspondante pour *DUUU radio et écrit régulièrement 
dans des catalogues.

http://sophielapalu.blogspot.fr/#!

 

Cette conférence sera suivi d’un débat entre artistes sur la question du potentiel et de la qualité politique ou non de la production artistique.